Art contemporain

Art contemporain

Art contemporain

Contemporain New Art City

Dominik SOKOLOWSKI

Né en Pologne en 1976.

Vit et travaille au Canada.

“On a l’impression que Sokolowski en peignant dresse son journal quotidien. Ces toiles aux formats apparentés, obéissent aux mêmes protocoles et ce, à partir de mêmes points de départ. La multiplicité de leurs variations et de leurs agencements en jouant sur l’effet rupture/continuité les désigne comme des signaux du temps qui passe. Un peu comme si la toile consignait des gestes proches, un effet répétition mais aussi une série de variations subtiles et sans cesse changeantes”

Galerie Jean-Claude Bergeron, 2008

Valérie HONNART

Valérie Honnart est née le 11 novembre 1966. Après des études à Paris, diplômée de Sciences-Po et titulaire d’un master en communication de l’ESCP, elle a étudié la peinture traditionnelle chinoise à l’Université de Hong-Kong, le nu à l’Atelier de la Grande Chaumière de Paris et les techniques anciennes de la peinture italiennes à Rome. Fragments de corps, étreintes, réflexion sur la vulnérabilité, « relecture » de poésies, les œuvres de Valérie Honnart explorent autant la profondeur dans le travail de la peinture à l’huile, que l’immédiateté d’un souffle de l’encre sur la soie. Outre la peinture elle réalise aussi des gravures, des livres d’artistes à tirage unique.

Benoît RAFFRAY

Né en 1967.

Après des études à Tournai (Belgique) et l’obtention d’un diplôme supérieur d’aménagement intérieur et d’un autre de l’Académie royale des beaux arts de Bruxelles, Benoît Raffray a été primé pour son oeuvre artistique en 1994 où il reçoit le 1er prix d’excellence de la ville de Bruxelles. Il a participé à de multiples expositions collectives en Belgique et dans la région Nord – Pas-de-Calais et a présenté sa collection en 2001 au musée du Touquet, ville où il travaille avec son frère dans l’architecture. Après l’huile, il s’est tourné vers l’acrylique qui, dit-il, correspond mieux à son travail. Il n’hésite pas à affronter tout type de formats. « Je livre un combat avec la peinture. J’utilise beaucoup le rouge et le noir afin de reproduire la tension de la vie. »

Marie-Christine REMMERY

Née en 1962 à Steenwerck (Nord).

Ecole des beaux-arts de Tourcoing.

1984 Rencontre Jean Roulland avec qui elle découvre la pratique du bronze à la cire perdue. Elle fond elle-même une partie de ses œuvres en terre, le reste étant fondu chez Susse.

1998 Épouse Jean Roulland.

Vit et travaille près de Calais.

Marie-Christine Remmery réveille une humanité née de la terre, appelée à y retourner. Son voyage initiatique avec la sculpture lui fait entretenir des relations mystérieuses avec le réel. Ses mains éveillent l’inanimé, tandis que le feu participe à cette transsubstantiation delà matière en lui conférant une peau qui se rétracte, jusqu’à ces corps androcéphales. L’empreinte organique scelle l’expression spontanée et vraie d’une émotion brûlante. Sous la pression de sa mémoire, l’artiste redonne vie au limon duquel émerge un visage, un rictus, un corps affaissé dans son isolement originel, secoué d’un spasme hagard. Certains de ses personnages simulent une bestialité dont la beauté tourmentée attend une prochaine rédemption. Les personnages de Marie-Christine Remmery sont des veilleurs de l’humanité dont elle nous dit le mystère comparable à celui qui entoure la Création.

Lydia Harambourg (catalogue : 41 sculpteurs, Première biennale de sculpture, 2007)